La taille des oliviers

La taille de l'olivier

2011-04-13-16-34-33.jpgolivier-adulte.jpg 

La taille de l’olivier est destinée à accroître la production du fruit, à contrôler l’alternance, de production d’olives et freiner le vieillissement de l’olivier par l’élimination du bois superflu.

L’âge de l’olivier déterminera, la taille à effectuer. Nous distinguons trois stades de l’olivier :

Nous dirons

  • soit qu’un olivier est juvénile. L’olivier est caractérisé par une croissance végétative qui ne nécessite à priori aucune intervention, excepté sur des oliviers très vigoureux pour lesquels certaines opérations seront nécessaires. C’est le moment où il y a une lutte hormonale au sein de l’olivier ; lutte entre l’hormone de croissance de l’olivier et l’hormone de production de l’olivier. Un jeune olivier trop taillé retardera sa production d’un à trois ans.
 
  • soit qu’un olivier est adulte. C’est la période où entre en compétition au sein de l’olivier la phase végétative et la phase de fructification. 
 
  • soit qu’un olivier est sénescent. C’est la période de vieillissement de l’olivier. Cependant un jeune olivier peut être sénescent, c’est le cas des oliviers qui ne sont pas taillés. C’est en fait un non entretien de l’olivier qui va le faire vieillir prématurément.

 

Nous distinguons trois types de taille dans la culture de l’olivier. Qui dit culture de l’olivier, dit fructification de l’olivier. Cependant l’olivier peut être pour certain, simplement un arbre d’ornement. C’est pourquoi il convient d’ajouter une quatrième taille, qui s’appelle la taille d’ornement, où les règles de taille de fructification ne sont pas nécessairement respectées.

De formation

2011-04-13-16-34-33.jpgComme son nom l’indique, il s’agit de la taille effectuée sur les jeunes sujets. On peut distinguer deux phases : de 0 à 5 ans (arbres jeunes), on parlera plus d’une taille d’accompagnement qui consistera à nettoyer le pied sur une hauteur de 20 cm environ pour favoriser de départ en mono tronc. Lorsque l’arbre dépasse les 1m50 de hauteur  la taille de formation débute, à ce moment là on sélectionne un maximum de 5 charpentières. Il ne s’agit pas de le tailler beaucoup car un jeune olivier trop taillé retarde sa production d’un à trois ans. Cependant sur certain sujet vigoureux ont peut être amené à faire certaines opérations notamment couper branches aberrantes (tête en bas, parallèles, croisées, pousse du pied). L’olivier est un arbre basitone c'est-à-dire qu’il se développe par le bas.          2011-04-13-16-34-33.jpg

De fructification 

olivier-adulte.jpgA la période adulte, deux cycles s’affrontent : végétatif et productif. L’art de la taille ici va consister à réguler et enlever le bois superflu qui a  déjà produit. L’olivier à un cycle de deux ans, les fruits vont apparaître sur les rameaux de l’année d’avant.  

Il est important de toujours respecter le rapport feuille sur bois, c'est à dire qu'il y ait plus de feuilles que de bois.  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

De régénération ou restructuration

Cette dernière est appelée par certains anciens : « la mise à mort ». Ce qui est bien évidemment une image, puisque l’olivier renaît toujours, tel le Phénix. Mais cela décrit bien la sévérité de la taille effectuée. Contrairement aux deux autres, on coupe le plus possible afin de relancer l’aspect végétatif. Elle s’effectue sur des arbres sénescents. C’est une période de vieillissement, soit naturelle soit parce que l’olivier n’a pas était entretenu.     

La lumière                                                                                                                                                                                                                      

90% de l’alimentation de l’olivier est donné par les feuilles. Toute la frondaison doit profiter de l’ensoleillement pour la fructification et l’homogénéité de la fructification. Il faut donc une pénétration homogène de la lumière à l’intérieur de la frondaison.

« Mettre les feuilles au soleil et le bois à l’ombre » Proverbe espagnol

L’aération

C’est la première protection phytosanitaire. Elle empêche la propagation des insectes et la formation de champignons et de maladies.

Les anciens disent que « l’on doit voir au travers de la frondaison, un oiseau qui vient s’y percher ».

Le rapport feuilles sur bois

Bien qu’un dicton provençal dit « Espéio mi, ti vestirai » (déshabille-moi, je te vêtirai !), il faut cependant respecter un certain équilibre. Le rapport feuille sur bois doit être le plus élevé possible. D’ailleurs les arbres vieillissant ou pas entretenus ont un faible rapport feuille sur bois.

Le rapport feuilles sur racines (ou rapport C/N – Carbone sur Azote)

Alimentation carbonée est donnée par les feuilles et l’alimentation minérale assurée par les racines. Il est donc important de maintenir un bon équilibre.

Plus des 9/10ème de l’alimentation de l’olivier proviennent de la photosynthèse, et pour avoir une bonne photosynthèse, il faut un bon état sanitaire.

Lorsqu’au printemps le sol se réveille, il y a absorption des éléments minéraux qui vont monter dans l’arbre (sève brute).

Lorsque la sève brute arrive aux feuilles, la photosynthèse la transforme en sève élaborée qui est en autre chargée de sucre et va donc permettre la floraison et la fructification.

Les bourgeons terminaux

Il ne faut pas couper les bourgeons terminaux, sinon l’arbre va former des « manivelles ». Si le bourgeon directeur est coupé, les branches poussent dans tous les sens à angle droit.

Les coups de soleil

Le bois craint le soleil, il faut donc penser à toujours laisser un « chapeau » au centre de l’arbre, et sur les branches.

L’axe central

Ne pas couper l’axe central. Celui-ci va s’incliner naturellement.

A ces sept critères, il convient d’ajouter la règle de base : quelque soit la taille que l’on veut faire, elle se fera toujours à une fourche, à un départ.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site