UN PEU D'HISTOIRE - SYMBOLIQUE DE L'OLIVIER

UN PEU D'HISTOIRE

L’olivier est originaire du proche et moyen orient. A l’origine, c’est un oléastre ou olivier sauvage, qui fournissait des fruits que l’homme a transformés en huile dés le VIè millénaire. On en retrouve des témoignages en Phénicie, Syrie et en Corse. A l’époque Gréco-romaine, l’huile servait pour l’éclairage, l’alimentation et les huiles Saintes.

Au XVIè siècle, l’huile servait pour le traitement des laines et la savonnerie et au XIXè siècle au graissage mécanique et aussi des laines et des soies.

La présence de l’olivier en France date d’au moins 20 000 ans. Ceci est attesté par des pollens fossiles trouvés à Tautavel (Roussillon) ainsi que des feuilles fossiles trouvées au pied de la Sainte Baume (à côté d’Aix en Provence).

Les Phocéens, puis les Grecs et les Romains lui ont donné de l’ampleur, il y a 2500 ans.

L’olivier n’est pas cultivé dans les premiers temps. On le retrouve au côté de la vigne et du blé, mais livré à lui-même. S’il donnait des fruits, tant mieux, sinon on attendait l’année d’après.

Au fil du temps, il prit sa place. C’est en 1840 qu’il atteint son apogée dans le Sud de la France. On estime qu’il y avait prés de 26 millions d’arbres. Puis, la révolution industrielle, une reconversion vers la viticulture et la consommation de l’huile d’arachide venant des colonies africaines ont fait péricliter l’olivier.

A cela, il faut ajouter les gels de 1929, 1956 et 1985.

Le gel de 1956 est celui qui reste le plus en mémoire. Lorsque les anciens vous racontent cette période, quand ils vous disent, qu’ils entendaient les charpentières des oliviers craquaient dans les vergers, que les troncs se fendaient sous l’effet du gel…. vous entendaient aussi le cœur de ces oléicultures se fendrent en se remémorant cette douloureuse année.

Après un mois de janvier doux, la nature c’était réveillée. Elle fut surprise par un mois de février rigoureux. Des moins 15, moins 18 suivant les endroits et cela sur plusieurs jours.

« Les oliviers en sève se fendaient, coulaient…ils pleuraient… ».

Par la suite, beaucoup replantèrent de la vigne et des abricotiers, qui avaient un rendement plus rapide.

Au début des années 60, il ne restait plus que 3 millions d’oliviers.

olivier-4-troncs.jpgRare sont ceux que le gel avait épargnés. Ceux qui décidèrent de garder leurs oliviers, les coupèrent au maximum, et les oliviers, arbres éternels, reprirent leur essor… Se sont les recépés de 1956, dont vous entendrez parler si vous allez en Provence et ses environs. Ils ont aussi cette particularité pour la plupart, d’être à troncs multiples. La raison en est, que lorsque qu’il fallait sélectionner les rejets, le choix était difficile, tant par le fait de couper un beau rejet, que la peur d’un nouveau gel. Alors, souvent, on en laissait 3 ou 4 rejets.

SYMBOLIQUE DE L’OLIVIER

Symbole de Paix, de Lumière, d’Immortalité, de Résurrection, d’Espérance, d’Abondance, de Gloire et de Triomphe, l’olivier est présent dans toutes les traditions.      

 

Tronc d'olivier .jpg

 

On retrouve ses rameaux ceints sur la tête des vainqueurs ; dans l’ancien Testament, dans le bec de la colombe qui vient signifier la fin du déluge à Noé ; bénis le jour des Rameaux.

Son huile est présente dans la composition des huiles Saintes et également dans la composition de l’huile qui servait au sacre des rois d’Israël comme ceux de France. Dans le Coran, elle est symbole de Lumière. Elle est aussi utilisée en magie blanche, en Corse, contre le mauvais œil.

L’olivier est aussi un symbole de force au Proche Orient et son bois est utilisé en Chine pour diminuer l’effet des poisons. En Corse, la nuit de Noël, on fait brûler une bûche dans chaque maison. Au Japon il est symbole de la réussite, de l’élévation sociale.

Dans la mythologie, Athéna et Poséidon se disputaient la souveraineté de l’Acropole. Poséidon fit surgir un puits d’eau salée et Athéna planta un olivier. Après la destruction de la cité, seul l’olivier brûlé entièrement a repoussé. C’est ainsi que les Grecs nommèrent la cité, Athènes, et proclamèrent l’olivier comme l’arbre sacré entre tous.

Particularité.

Il existe une variété d’olivier qui donne des olives blanches. Ces olives étaient utilisés dit on, dans la préparation des huiles Saintes utilisées par les Papes.

Cette variété est la Leucocarpa de Toscane, appelée aussi Christalia. L’Abbé Couture, curé de Miramas en parle en 1783 dans son mémoire complet sur la culture de l’olivier où il dit en avoir vu quelques plans à Châteauneuf-les-Martigues.     Leucocarpa de Toscane (Christalia).jpg

C’est une variété rare, en voici une photo. Fragile, elle demande beaucoup d’attention.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site